Pour le retour des blog-chroniques après trois mois de pause (pas vraiment prévue...), présentation d'une nouvelle série venue de Corée. Après Kitchen chez Clair de lune, les manhwaga préférant le travail en couleurs semblent bien me parler puisque je vais m'intéresser ici au premier tome des Périples de Voie lactée de Sirial chez Kwari.

Les périples de Voie lactée volume 1Voie lactée, ce n'est pas ici le nom d'une barre chocolatée mais celui d'une chatte aux yeux bleus et au pelage gris constellé de petites tâches blanches, comme des étoiles. Sur les 230 pages de ce premier tome, nous la suivons au fil de ses voyages et de ses rencontres, aussi diverses dans le ton, tour à tour léger et tendre, mélancolique et touchant, triste et désemparé, que dans son rôle, pouvant bavarder avec certains, juste miauler pour d'autres, agir pour aider ou simple observatrice impuissante face aux malheurs de ceux pour qui elle ne peut rien.
Ainsi, elle rencontrera le petit prince qui abandonna le malheureux renard, Chacha le lycéen plus félin qu'elle, Sarah le chat qui voulait savoir ce que ce serait d'être humain ou la bête à la crinière blanche traquée par un roi cruel.

Mais ce qui caractérise le mieux cette série, c'est sa douceur, sa sensibilité, cette poésie de chaque planche, magnifique de par le trait - raffiné et délicat pour les personnages, plus lâché pour les décors, donnant alors beaucoup d'énergie - mais aussi ses palettes de couleurs, superbes, maîtrisées, apportant une justesse et une chaleur à chaque situation. Que l'on ne s'attende évidemment pas à des flots d'action, même s'il peut y en avoir, les rencontres sont charmantes de simplicité et de fugacité, certaines histoires se suivant, d'autres étant totalement indépendantes des autres, au fil des voyages de Voie lactée. Une chatte qui n'a pas la langue dans sa poche, drôle, énergique et déterminée, sachant capturer l'essence des personnages qu'elle côtoie, dont elle parvient à faire ressortir la meilleure partie d'eux-mêmes même quand eux n'y croient pas. Parvenant alors à nous faire ressentir l'intensité et la complexité des relations au travers de quelques regards très expressifs, de non-dits plus parlants que tous les mots souvent maladroits qui ne savent exprimer les véritables sentiments éprouvés.

Ayant acheté ce premier tome après avoir été intriguée par la couverture, les couleurs et les premières pages feuilletées, j'ai été finalement charmée par l'ensemble, des dialogues ni puérils ni pédants, des situations simples mais subtilement mises en scène, des personnages adorables et attachants, un humour léger et bien senti et une petite chatte tendre et touchante qui sait toujours se faire comprendre, à coups de miaulements ou de griffes selon les situations.
L'ambiance qui s'en dégage, le choix des couleurs me font en outre penser au travail de Mizu Sahara sur Un Bus passe....

Deux volumes sont pour le moment parus en Corée du sud, la série étant si j'ai bien compris d'abord prépubliée sur le web. La version française chez Kwari (où on peut d'ailleurs lire les premières pages) étant donc en couleurs (d'origine bien sûr) imprimée sur papier glacé sur plus de 230 pages, le prix est en conséquence : 13,90€. Plutôt mérité, a priori, j'attends pour ma part avec impatience le deuxième tome, non planifié pour le moment.