Forcément, elle marche beaucoup moins bien !Dans les commentaires d'un précédent billet, Natth disait avoir connu un petit souci avec sa TV. Je m'étais alors fait la réflexion qu'au moins, la TV, ce n'est pas ce qu'il y a de plus gênant niveau panne. Moins en tout cas qu'un frigo ou qu'un lave-linge... 

Bien évidemment, il n'en fallait pas beaucoup plus pour que trois semaines plus tard, notre TV, antiquité cathodique de quelque 80kg et 12 ans d'âge, commence à montrer certains signes de démence visuelle. Genre une image qui se déforme, qui s'éteint toute seule, un bouton rouge qui clignote, accompagné d'une rassurante petite odeur de cramé qui plane. Bon.
La période étant à la ferveur footballistique, on s'est dit que c'était le moment pour tenter quelques affaires. En règle générale, quand le ballon rond envahit l'antenne, les vendeurs aiment refourguer de l'écran plat. Petite commande web d'une nouvelle compagne de nos soirées TV, gaulée comme une top model, grande et plate, sans gadget 3D et autre connexion Wifi inutile (je n'ai pas le Wifi)... Livraison prévue, une bonne semaine plus tard. Pas de problème, l'autre tient encore la corde.
Tu parles, Charles.
Mercredi soir, paf, l'image se déforme puis disparaît. Oups. Et pas besoin de s'appeler Jack Bauer pour comprendre que le petit tic-tic qu'on entend en tentant de la rallumer est un simple avertissement avant que tout nous pète à la tronche (ou pas mais bon, j'ai une légère tendance au catastrophisme). OK, on n'insiste pas. Elle arrive quand l'autre ? Ah oui, dans cinq jours...

À nous donc les joies des journées sans drogue télévisuelle. Je dis drogue car c'est l'occasion de se rendre compte à quel point on peut être dépendant de ce machin. Qui rythme certains moments de la journée à tel point qu'on finit par ressentir un manque, léger mais certain, quand on ne peut plus appuyer sur le bouton Marche de la télécommande. Risible, hein ?
Finalement, c'est plus déboussolant que réellement gênant et ça permet de pouvoir profiter des soirées pour bouquiner - ce n'est pas ce qui manque ici - ou jouer à la DS. C'est même l'occasion de goûter aux joies d'une partie de Speedminton acrobatique dans les champs alentours ou d'un repas tranquille sur le balcon avant que le soleil ne cogne trop (avec un petit tremblement de terre en bonus, on ne fait pas les choses à moitié ici). J'ai même eu du mal hier à me poser devant le PC pour la mise à jour du planning japonais alors que le canapé n'attendait que moi et un des 36 bouquins que je lis simultanément.

Évidemment, ce ne sera pas désagréable de voir débarquer la nouvelle venue pour pouvoir profiter des derniers DVD achetés mais peut-être que l'expérience permettra de ne pas hésiter à l'avenir à appuyer plus souvent un soir sur le bouton Arrêt histoire de déconnecter réellement et de ne plus se laisser submerger de sons et d'images qui finissent pas saturer l'esprit.
(Bon, par contre, si elle pouvait fonctionner sans qu'on ait besoin de rappeler le magasin pour un échange de matériel quelques jours plus tard, comme ça nous est arrivé pour le dernier matériel acheté, ça m'arrangerait quand même un peu, faut pas pousser non plus !)

Bref, un vrai week-end de repos avant d'attaquer une nouvelle semaine.
En pensant au passage à tous ceux qui vont plonger dans leurs examens de fin d'année (je suis bien contente de pas être à votre place, vous n'imaginez même pas...).