Avec tous les mangas qui en parlent, le monde des démons n'aura bientôt plus de secret pour vous. Dernier en date ? Blood Lad chez Kurokawa. Suivez le guide. 

Blood Lad volume 1On ne dirait pas comme ça, mais Staz est non seulement un vampire mais également le boss d'un des territoires de ce monde démoniaque. Il peut donc se la jouer grave quand un abruti vient tenter de lui péter les rotules afin de lui piquer son poste, ce qui finit assez invariablement par le dézingage direct du jeune impertinent.
Et pourtant, on ne dirait pas comme ça non plus, mais Staz ne s'intéresse pas beaucoup à tous ces trucs de pouvoir qui lui prennent un peu la tête alors qu'il n'a qu'une seule passion : la culture japonaise. Véritable otaku, son statut de boss lui permet surtout de réussir à se procurer des mangas, DVD, jeux vidéos et autres figurines du monde des humains, qui s'entassent dans son appart où il glande la plupart du temps. Alors quand une jeune Japonaise, très typique dans son uniforme de lycéenne, débarque dans son monde, c'est l'occasion pour lui de réaliser ses plus grands fantasmes (mais non, pas ça...).

À l'annonce de l'arrivée de Blood Lad de Yûki Kodama chez Kurokawa, certaines réactions étaient assez proches de "oh non, encore des vampires ??" (surtout qu'on a droit au lancement de deux autres séries "mordantes" la même semaine, Bloody Cross chez Ki-oon et Vassalord chez Soleil Manga). Mais le vampire ici est plus à associer au terme générique de démon que de brave aristo désuet des Balkans contant fleurette tout croc dehors à une jeune vierge hypnotisée par le classieux personnage. Staz ne traque pas la moindre goutte de sang et l'arrivée d'une innocente et brave pucelle l'intéresse plus parce qu'elle est japonaise que parce qu'elle contient 5 litres vermillon. Même s'il va devoir rapidement troquer ses fringues d'otaku pour reprendre ceux de démon, sa nouvelle amie ayant quelque peu souffert de son passage dans cet univers si particulier.
Je n'ai pas pu m'empêcher de voir un peu de Dorohedoro durant ma lecture, notamment du côté des visages de certains personnages ou de ce monde démoniaque un peu décalé. Mais le propos est ici beaucoup moins trash et déjanté que dans le titre de Q. Hayashida... Pour dire vrai, si la lecture de ce premier tome a été plaisante, je m'attendais à plus d'humour foireux et de délire, trouvant au final l'ensemble un peu trop sage et lisse, manquant un peu de personnalité. Pas mal d'action, du rythme mais un humour un peu trop timide pour un rendu assez shônen, un peu trop classique et manquant quand même de fantaisie. Néanmoins, si vous trouvez Dorohedoro too much pour vous, trop crasseux, Blood Lad est une alternative plus conventionnelle tout en restant efficace, jouant moins sur le grotesque et le délirant, parlant ainsi sans doute à plus de monde.
Ce premier tome étant plutôt un volume de présentation, assez simple dans sa construction, reste à voir vers quoi va ensuite se diriger la mangaka (ah, on me signale dans l'oreillette que la madame est en fait un monsieur, ce sera donc LE mangaka) : simples successions de baston entre boss, ou construction d'une intrigue un peu plus pêchue ? À voir car les personnages, bien qu'assez basiques pour le moment, sont plutôt sympa à suivre.

Bientôt 6 tomes au Japon chez Kadokawa shoten tandis que Kurokawa n'a pas encore annoncé la date de sortie du volume 2 en version française.