Si Taifu Comics est aujourd'hui principalement connu pour son catalogue Boy's Love, voilà un éditeur qui a déjà pu par le passé proposer des titres, notamment au rayon shôjo, assez spéciaux, dégageant quelque chose d'un peu différent de la production habituelle, comme Nibun no ichi, Crossroad ou Rendez-vous sous la pluie. On apprécie ou on y reste totalement insensible, il ne s'agit d'ailleurs apparemment pas de succès commerciaux, mais voilà qui peut intriguer quand un nouveau titre sort.
En créant Ototo, le "petit frère", l'éditeur espère pouvoir prouver que le BL n'est pas leur seul fond de commerce, même si des séries comme Welcome to Hotel Williams Child Bird ou Adekan gardent cette petite touche yaoisante qui ne déplaira sans doute pas aux amatrices du genre tout en ne rebutant pas forcément pour autant les réfractaires aux amours masculines idéalisées, pour peu qu'ils acceptent de se laisser tenter par l'expérience.

Adekan volume 1Adekan, justement, parlons-en. Typiquement le genre de séries où le simple feuilletage est totalement trompeur et laisse envisager une histoire et une ambiance bien différentes de ce qu'on peut découvrir à la lecture. Éphèbes à moitié nus toutes les dix pages, poses lascives, dans quoi va-t-on se plonger ?
Shirô est un simple vendeur de parapluies, du moins en apparence. Sa rencontre avec le jeune officier de police Kojirô va néanmoins permettre la résolution de divers crimes du voisinage, de la mariée ensanglantée, en passant par le chien démoniaque ou la femme-chat. Car au delà de son échoppe de parapluies toujours bien dépourvue de clientèle intéressée par des produits disons sans doute un peu trop avant-gardistes, le jeune homme cache quelques talents et les armes qui vont avec, tout droit issus d'un passé apparemment mouvementé et ensanglanté...

Première impression visuelle, un dessin particulièrement stylé et fin, jouant à fond la carte de l'esthétisme aguicheur, pouvant paradoxalement faire penser que la forme un peu provocante est là pour planquer un fond bien vide sans un gramme de profondeur. Mais rapidement, l'histoire se met en route, osant un humour inattendu - Shirô l'exhibitionniste ne supportant pas les sous-vêtements et choquant immanquablement un Kojirô pudique, donnant bien souvent lieu à des situations foireuses dont les sous-entendus sont autant de prétextes à une auto-dérision bien sentie - ainsi que des scènes d'action énergiques et bien gérées, sachant ne pas en faire trop tout en se la pétant un peu quand même.
Les différents personnages se découvrent petit à petit, sans nous perdre en route, le contexte se met en place et on finit le volume en s'interrogeant sur les interactions à venir. Le fond principal reste l'observation de l'âme humaine, plutôt noire en l'occurrence, entre les forts sans scrupule qui écrasent tout pour garder leur pouvoir et les faibles cédant à la folie et l'horreur pour survivre, espérant que leurs actes, aussi ignobles qu'ils puissent être, sont juste le premier pas vers une vie meilleure, loin de toute souffrance.
Si Kojirô semble être la blanche colombe idéaliste et pure que rien n'atteint, sachant allier force, courage et générosité, Shirô est plus proche du démon souillé mais repenti, cherchant une sorte de rédemption après des années passées dans l'ombre d'un aîné aussi dangereux qu'inhumain. L'apparence des uns et des autres reste alors souvent trompeuse et il n'est pas rare qu'en grattant le vernis de surface, on découvre des âmes torturées et rongées par la jalousie et le mépris de soi.
Chaque chapitre met ainsi en scène un crime à résoudre, chacun étant un prétexte à en savoir plus sur les protagonistes, développer leur passé, leurs relations, tout en sondant un peu plus la noirceur humaine. Le tout est plutôt rythmé, sachant alterner petits moments de légèreté et d'humour, pas toujours super fin mais rafraîchissant dans une série qu'on pourrait croire autrement très prétentieuse et pesante, et scènes d'action et de recherche plutôt bien amenées. Voilà qui intrigue suffisamment pour avoir envie de voir ce que nous réservent les prochains tomes.

Adekan est signé Tsukiji Nao et compte 5 volumes au Japon pour le moment chez l'éditeur Shinshokan. Le tome 2 est prévu en version française chez Ototo pour le 25 mai 2012.