Hop hop, affluence de blog-chroniques en ce début d'année.

Shirayuki aux cheveux rouges volume 1Kana continue d'explorer le shôjo et délaisse pour cette fois-ci les romances lycéennes pour nous entraîner dans un autre monde, celui de Shirayuki aux cheveux rouges, par Sorata Akiduki.

Shirayuki est une jeune pharmacienne du royaume de Tanbarun. Mais sa chevelure rouge attire les regards et notamment celui du prince Raji, stupide et volage, qui veut en faire sa concubine. N'ayant l'intention de suivre que ses seuls choix, la jeune fille s'enfuit dans la forêt et rencontre Zen, qui se révèle rapidement être le second prince de Clariness, le royaume voisin.

Au premier abord, on pourrait penser à L'arcane de l'aube : jeune femme au fort caractère et à la chevelure rouge, coincée au milieu d'intrigues princières. En fait, pas du tout. Le ton de Shirayuki aux cheveux rouges se veut plus léger, l'héroïne semblant avoir plus la main sur son destin que la pauvre Nakaba du manga de Kazé. Cela fait d'ailleurs toujours plaisir de se retrouver dans un shôjo face à un personnage féminin assez fort, n'ayant pas la larmichette facile au moindre ongle cassé, prenant à cœur de gérer sa vie et d'assumer ses propres choix. De plus, Shirayuki - le nom veut dire Blanche-Neige en japonais d'où sans doute la fixette de la mangaka sur la forêt et la pomme dans le premier volume - a un métier, un but et, roulement de tambour, un cerveau ! Elle est réfléchie, alerte, ne s'emporte pas non plus pour un rien, sachant garder la tête froide en toutes circonstances, celles-ci pouvant être un peu compliquées à cause de sa chevelure si originale, sans compter sa modeste condition qui ne la rend pas forcément digne aux yeux de certains d'avoir sa place au château.
Il est plus difficile de se rendre compte réellement de la personnalité de Zen, prince plutôt sérieux et impliqué même s'il aime souvent prendre la poudre d'escampette pour voir un peu la vie en dehors des murs de sa royale demeure. L'amitié qui se noue entre les deux jeunes gens se met même un peu trop rapidement en place pour complètement se ressentir, Shirayuki décidant très vite de rester aux côtés de Zen sans qu'on comprenne vraiment pourquoi.
La narration est parfois décousue - peut-être pas aidée par une traduction un peu terne - et manque de vigueur, ne donnant pas vraiment l'impression qu'il se passe grand-chose alors qu'à bien y réfléchir, les deux premiers tomes, sortis simultanément, sont quand même assez remplis. Surtout quand on sait que l'histoire principale n'occupe que les 150 premières pages de chacun, le restant étant occupé par deux nouvelles datant de 2003.

L'histoire reste assez gentillette - le mot est un peu fort, quand même - mais l'arrivée d'un nouveau personnage à la fin du tome 2 commence à faire bouger un peu les choses et permettra peut-être de développer un peu plus le caractère des personnages ainsi que leurs interactions.
Shirayuki aux cheveux rouges s'avère en tout cas une lecture plutôt agréable malgré ses petits défauts, sans doute dus au fait qu'il s'agit de la première série de la mangaka, n'ayant travaillé jusque-là que sur des nouvelles. Le rythme est assez lent et risque d'ennuyer assez vite les amateurs d'action mais l'ambiance est en tout cas assez agréable, avec une bonne petite dose d'humour et l'héroïne est vite attachante.
Il ne faudra par contre pas être trop pressé : 6 volumes sont pour le moment parus au Japon, au rythme d'un ou deux par an. Le tome 3 est prévu chez Kana pour le 6 avril 2012.