On continue les blog-chroniques : après la course à pied horrifique, la romance en uniforme.

Cosplay Animal volume 1Honnêtement, ni le résumé ni la couverture ne me donnaient vraiment envie de découvrir ce premier tome de Cosplay Animal. Pourquoi la couverture ? Vu l'expression de totale passivité du personnage féminin coincé par le grand méchant loup masculin, j'avais peur de me trouver face à un de ces shôjo "sexy" (ou "pouffes" selon les points de vue) avec une héroïne potiche décérébrée prête à tomber dans les bras du premier pseudo bad boy ténébreux qui passe, n'attendant qu'une baffe de sa part pour se soumettre avec plaisir... Pas vraiment ma définition d'une relation équilibrée et épanouissante...
Fort heureusement, ce n'est pas vraiment ça qu'on trouve quand on prend la peine de lire quelques pages, en tout cas pour ce premier tome. L'héroïne, Rika, est ici une étudiante de 19 ans obsédée par les uniformes. Elle a dépassé depuis un moment la période des premiers flirts et rêve d'assouvir son fantasme, qu'on pourrait résumer à "passer à l'acte en portant son uniforme d'ancienne lycéenne", dans lequel elle se trouve d'ailleurs "mégabonne", dit-elle en s'illuminant de bonheur devant son miroir de célibataire. Sur un site de rencontres rempli de mecs ne cherchant clairement que des coups d'un soir avec le tact et la délicatesse qu'on imagine aisément, elle déniche la perle rare : un lycéen !

On retrouve en fait un peu le type d'humour d'une Yuki Yoshihara, en moins cru quand même mais avec un personnage féminin qui veut essayer d'assumer ses envies et sa personnalité, malgré la réprobation de son entourage qui ne comprend guère son petit délire. Elle ment sur son âge, gruge ses photos, tout ça pour avoir une chance de se trouver un p'tit minet lycéen avec son bel uniforme qui la fera grimper au septième ciel, ne serait-ce que visuellement parlant.
On ne prend donc rien au sérieux et on rigole devant les pitreries et les tentatives un rien foireuses d'une fille prête à tout même si elle a clairement du mal à comprendre le raisonnement des garçons qu'elle croise qui ne cessent de la prendre au dépourvu.

Ces deux premiers chapitres sont donc plutôt drôles, rythmés, avec des personnages attachants dont une héroïne pas cruche et assez lucide sur elle-même, aux expressions et moues rarement glamour et donc d'autant plus comiques... mais ça ne suffit pas à se rendre compte réellement vers quoi va se tourner la série dont on ne voit là que le prélude. La faute à un premier volume dont l'histoire principale s'arrête à la page 81 pour ensuite remplir le reste avec trois nouvelles de la mangaka, n'ayant rien à voir. Certes, ça permet de découvrir son style de manière générale mais c'est très frustrant, coupant la lecture en plein élan...
D'autant que sur ces trois histoires, deux restent anecdotiques. Une sort tout de même du lot, la deuxième, où l'on rencontre une lycéenne bigleuse devenue, suite à une moquerie à l'époque du collège, une Sex Master, sachant tout sur la reproduction, les cycles menstruels, la contraception, conseillant ses copines dont elle se sert plus ou moins de cobayes pour en apprendre toujours un peu plus. Bien évidemment, elle n'a elle-même jamais expérimenté quoi que ce soit sur ce plan, n'ayant toujours pas compris ce qu'était l'amour dans tout ça. L'ensemble est franchement drôle, car si l'histoire sert principalement de prétexte, elle permet de mettre en scène une héroïne hilarante dans ses démonstrations techniques et ses expressions directes.

Difficile donc de se faire une idée vraiment pertinente sur cette série avec ce premier tome trop court. Il faut dire là encore que les illustrations des couvertures suivantes n'améliorent toujours pas l'image qu'on peut se faire de la série, espérons que ce ne soit pas trop représentatif du contenu. Reste tout de même une héroïne plutôt sympa, pas cruche, servie par un humour bourré de dérision assez réussi.
La série comporte 14 volumes en tout et le tome 2 est prévu pour le 12 janvier 2012 chez Kurokawa.