Peut-être avez-vous dans votre bibliothèque quelques titres de Ryouji Minawaga. Glénat avait ainsi commencé à sortir en 1995 Spriggan, sous le titre de Striker avant de l'arrêter, de même que Kabuto avec D-Live !! en 2006. Kana avait pour sa part permis la parution complète d'Arms entre 2003 et 2006.

Peace Maker volume 1Cette fois-ci, c'est de nouveau Glénat qui nous propose de découvrir la dernière série de l'auteur, Peace Maker, prépubliée dans le magazine japonais Ultra Jump. Rien à voir avec la série de samouraïs de Nanae Chrono parue chez Kami puisqu'on est ici plutôt côté Far West américain, avec ses cowboys, ses saloons et ses six-coups.

On y fait la rencontre de Hope Emerson, venant d'arriver dans une petite ville. Il assiste sans s'y intéresser à un duel, activité très prisée par tous les tireurs appâtés par des gains importants. Mais quand un mercenaire du gang des Crimson Executers débarque, à la recherche d'une gamine échappée du massacre du village voisin, Hope n'a d'autre choix que d'utiliser le contenu de son baluchon : un revolver finement gravé, dernier cadeau de son père sur son lit de mort. Très efficace quand on sait s'en servir...

Si vous avez déjà feuilleté un Arms ou un D-Live !!, vous aurez sans doute remarqué que ce n'est pas par la qualité de ses dessins que Minagawa attire l'œil. Corps aux proportions foirées, têtes tordues bien laides... ce n'est clairement pas son point fort. Dans sa nouvelle série, le trait s'est tout de même amélioré même si les visages sont rarement des modèles de beauté et que le tout manque encore pas mal de finesse. Mais certaines scènes, plus travaillées sans doute, parviennent à bien accrocher l'œil et le coup décisif de chaque duel de Hope - qui ne veut pas tuer mais zigouille quand même déjà bien rien que dans le premier volume - est l'occasion d'une double-page où le personnage fait preuve de toute sa dextérité.
Car là encore, ce n'est pas dans son déroulement et ses personnages que l'auteur fait preuve d'originalité. Hope est le classique héros qui semble tout mou et sans aucune envergure, un peu crasseux, un peu trouillard, un peu loser, mais dès qu'il s'agit d'assurer dans un duel, il devient un autre homme, précis, rapide, techniquement parfait. Il refuse d'utiliser l'arme de son père pour des duels où tuer n'est qu'un acte gratuit, son colt ne devant servir qu'à protéger et défendre contre les "démons", ceux qui flinguent sans aucun remord. Rien d'original non plus donc dans ces états d'âme très classiques pour un héros de manga, avec le gentil super gentil et généreux et les tas de méchants assassins vraiment pas sympa qui sont rapidement à sa poursuite.

OK, donc niveau originalité, ce premier volume ne révolutionne clairement rien mais s'avère assez efficace, avec une narration plutôt rythmée dans les scènes d'action, des duels étonnamment intenses même si on se doute vite du futur gagnant, et un scénario classique a priori mais qui parvient à intriguer quand même, en distillant quelques détails ici et là. Avec seulement deux volumes par an au Japon, l'auteur a tout son temps pour élaborer quelque chose d'un tant soit peu construit, peut-on espérer.
Difficile donc de se rendre compte pour le moment vers quoi va se tourner la suite des aventures de Hope Emerson mais ce premier tome donne assez envie de lui laisser sa chance.
Sept tomes sont pour le moment parus au Japon et le volume 2 est prévu en France pour le 2 novembre 2011.