Je profite d'un week-end enneigé pour ajouter une blog-chronique sur un manga idéal pour réchauffer les froides matinées de ces derniers jours.

La collection Kids de Glénat semble décidément bien tournée vers le monde animal puisqu'après Koko de Fumiyo Kono, voici Chi, une vie de chat de Kanata Konami.

Dans ce manga tout en couleurs - ce qui explique sans doute en partie le prix relativement élevé surtout pour un achat destiné à nos chères têtes blondes - se balade donc un petit chaton ayant perdu sa mère dans un moment d'inattention. Recueilli par une famille attendrie par la situation de ce petit paumé, il va devoir faire face aux lubies de ces humains bizarres tout en faisant son apprentissage de la propreté et en découvrant le monde qui l'entoure.
Que dire à part qu'on atteint là le summum du mignon, donnant envie de hurler "il est trop choupinou" à chaque page, même quand on a 30 ans et qu'on hurle ça dans le bus en gloussant ? Les couleurs n'agressent pas, donnant une ambiance toute douce et tendre à l'ensemble. Bien évidemment, il ne se passe pas grand-chose de fulgurant et on ne pourra s'extasier que sur "Chi qui joue à la balle", "Chi qui dort", "Chi qui veut sortir", "Chi qui découvre la litière", "Chi qui bouffe les plantes vertes", ce qui ne parlera sans doute qu'aux amateurs de compagnie animale sur les genoux. Pas seulement aux enfants d'ailleurs, le manga étant au Japon prépublié dans le magazine Morning, où l'on trouve/ait Say Hello to Black Jack, Les gouttes de Dieu, Vagabond, Zipang, etc.
Par contre, il est à parier que tout bambin se laissant emporter dans le quotidien tout tendre de Chi va réclamer le même pour Noël...

Chi enchaîne donc les bêtises au sein de cette famille un peu dépassée par les réactions du chaton. Sans oublier que les animaux sont interdits dans leur immeuble et qu'il faut tout faire pour cacher la présence de la boule poilue, celle-ci faisant évidemment tout pour se faire remarquer... C'est drôle, touchant, attendrissant au possible pour peu qu'on ne soit pas totalement allergique et insensible au bestiaire domestique. Voilà typiquement le manga à laisser négligemment traîner sur la table du salon sans avoir peur que votre petit frère ne tombe sur des scènes trop osées pour son âge ou que votre mère s'insurge de vos lectures trop violentes.

Chi, une vie de chat compte pour le moment 7 volumes au Japon. Notons le sens de lecture français de la version Glénat, histoire de s'adapter au jeune âge de la cible choisie. Cela ne gêne aucunement - je ne l'avais même pas remarqué, pour dire vrai - et ne donne lieu à aucune invraisemblance. En outre, le rabat du volume propose le bonus de la version japonaise, à savoir un marque-page à découper.
Le volume 2 est prévu pour janvier 2011.