Eh oui, après une absence de plusieurs semaines, les blog-chroniques font un retour en force : deux en moins d'une semaine, soyons fous !

Si je vous dis civilisation disparue, cataclysme, mysticisme, archéologie, société secrete, orichalque, vous me répondez ? L'Atlantide bien sûr. Le mythe par excellence, lancé par Platon plus de trois siècles avant J.C. et qui continue aujourd'hui encore d'alimenter l'imaginaire collectif, voilà le sujet du nouveau seinen d'Akata/Delcourt, Dossier A. On retrouve au scénario Garaku Toshusai, un habitué des récits mystérieux puisqu'il a travaillé sur le scénario de 20th Century Boys - espérons qu'il n'y ait pas trop participé non plus...-, et Osamu Uoto pour le dessin.

Point de départ de cette nouvelle quête du Graal, les découvertes de Heinrich Schliemann lorsqu'il met à jour Troie : de mystérieuses statuettes d'Athena seraient porteuses d'un message concernant l'Atlantide, le continent disparu. Un riche homme d'affaires européen cherche à en découvrir aujourd'hui les secrets et demande à sa fille de s'allier avec un archéologue japonais tombé en disgrâce il y a quelques années. Mais il plane l'ombre d'une société secrète qui empêcherait quiconque de trop s'approcher de l'Atlantide et n'hésiterait pas à recourir au meurtre pour ça...
L'aventure commence plutôt bien : une réunion de riches entrepreneurs cachés sous des masques, la découverte du journal de Paul Schliemann, petit-fils de Heinrich, avec donc en toile de fond le plus grand mystère de l'histoire de l'Humanité à résoudre. On plonge assez vite dans l'histoire, sans temps mort, la narration est bien rythmée, les personnages, plutôt sympathiques et intéressants, rapidement présentés et installés - pas spécialement de profondeur psychologique pour le moment, l'histoire se met en place et c'est l'aventure qui prime -, le puzzle à résoudre semble bien ardu et plein de promesses. Côté dessin, rien d'extraordinaire, le trait n'est pas très fin, pas toujours complètement maîtrisé mais rien de visuellement bloquant tout de même, cela reste propre et lisible. Tout cela est donc classique mais efficace et même plutôt prenant.

Par contre, gros coup de mou en fin de volume où on se retrouve avec une histoire un peu longuette de petite énigme archéologique à résoudre, sombrant assez vite dans le gros pathos qui fait pleurer à chaudes larmes et casse quelque peu la rythmique mise en place, juste pour donner une mini-information sur notre histoire centrale. Ca gâche un peu la lecture et on termine le volume avec une impression mitigée à cause de ça, alors que l'on reprend la quête du continent perdu en terminant par un bon petit cliffhanger, attendu mais toujours efficace. Après tout, les éléments mis en place jusque là donnent envie d'en savoir un peu plus, de découvrir ce que les deux auteurs ont décidé comme route pour nous mener jusqu'à l'Atlantide : voilà qui est ambitieux et peut se révéler particulièrement casse-gueule mais c'est aussi la promesse d'une aventure prenante et fascinante.
Promesse tenue ? Peut-être pourra-t-on mieux s'en rendre compte dans le second volume à paraître le 13 janvier 2010, sachant que le tout tient sur quinze tomes.