Les humeurs de Mangaverse

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 4 octobre 2009

Septembre, le tueur de bonnes résolutions...


Eh bien, eh bien, que de relâchement... Voilà plus d'un mois que je n'ai rien ajouté sur ce blog. Il faut dire que septembre n'a pas été très sympa avec moi.
Cela avait pourtant bien commencé, avec un week-end familial très agréable, deux jours de vraies vacances comme je n'en avais pas connues depuis un bon moment, loin de tout PC, d'Internet... mais le cadeau que j'en ai ramené a quelque peu flingué le côté détente puisqu'il s'agissait de Madame Pharyngite carabinée, du genre à vous transformer la gorge en forges d'Héphaïstos tout en vous faisant cracher vos poumons toutes les cinq minutes pour le plus grand bonheur des voisins. Deux semaines de joie et de félicité sous médoc, ceux-ci dézingant les quelques milligrammes d'énergie qu'il pourrait malencontreusement rester après la rencontre avec le virus pot de colle.
Résultat, j'ai découvert le plaisir des siestes à répétition, super efficaces pour avancer dans le boulot qui lui se fout bien que vous soyez HS ou au top de la forme... J'ai cru comprendre que la grosse majorité des "grippes" dont on nous parle tant aujourd'hui n'était en fait que ces pharyngites, moins "dangereuses" mais pas vraiment plus amicales. J'espère tout de même bien éviter de me choper dans les semaines à venir le cadeau mexicain ou sa variante saisonnière. Je fais une malade épouvantable et insupportable, me sentant aux portes de la mort pour le moindre rhume...

Bref, tout ça pour dire que ce mois de rentrée, entre méga coups de pompe à roupiller devant la TV avec la boîte de mouchoirs à portée de main et le boulot à rattraper parce que, "bon, t'es mignonne, poupoule, mais t'as des factures à payer quand même", n'a pas vraiment fait la part belle au travail virtuel. Néanmoins, j'ai pu ajouter une nouvelle fiche la semaine dernière, une fiche qui attendait là depuis des mois d'ailleurs. Mais j'ai tout de même quelque peu perdu le rythme niveau lectures.
J'ai en effet eu l'idée saugrenue de me remettre aux romans policiers dernièrement, lectures chronophages au possible. N'ayant pas trouvé le Dennis Lehane que je voulais, je me suis rabattu sur les Kathy Reichs, classiques mais efficaces même si j'ai eu beaucoup de mal à accrocher sur les cinquantes premières pages, le temps de me prendre au jeu. Tout ça ne laisse pas beaucoup de place pour les mangas. Surtout que quand j'ai dix minutes à tuer, c'est plus simple de plonger dans un roman que dans un manga - oui, ça peut paraître paradoxal mais si c'est pour une fiche ou une chronique, j'ai envie d'avoir le temps de lire correctement sans devoir tout découper par tranche de dix pages par ci par là. Et le manga que je lis en ce moment est bien gros, bien épais et je n'avance pas bien vite, ne trouvant pas en semaine le temps de m'y plonger.
J'ai également eu en main plein de premiers volumes mais aucun ne m'a suffisamment accroché plus de vingt pages pour que j'en parle ici. Il faut dire que cette manie de sortir les deux premiers volumes en même temps ne m'arrange pas à ce niveau-là même si je comprends bien la logique des éditeurs...
J'ai tout de même lu le premier tome de Mathilde, la nouvelle série de Jenny, auteure de Pink Diary qui se lance là dans le classique format 48 pages couleurs sur un scénario d'Alexis Coridun. Une lecture classique mais plutôt sympathique avec de bien visibles influences manga au niveau des SD de l'héroïne, jeune adulte confrontée aux doutes et questionnements de son âge sur la route à choisir pour son avenir qu'elle imaginait moins terne qu'une banale vie de caissière de supermarché, elle qui se voyait grand écrivain... Divertissante lecture donc mais bien trop courte, quinze minutes à peine, 48 pages, c'est définitivement trop frustrant, à peine le temps de faire connaissance, de mettre les choses en place... et zou, de nouveau à attendre six mois au moins.

Tout de même, hier, après une mise à jour rapide du planning français - j'aime quand il n'y a que dix sorties ! - et japonais - j'ai enfin à peu près compris le fonctionnement du nouveau site de Shueisha, ils m'avaient tout changé, je n'y comprenais plus rien, ma technique de "Je clique partout parce que je pige pas un mot de japonais" n'étant alors pas d'une efficacité folle - je me suis lancée dans la traque des prochaines nouveautés éditeur par éditeur, sachant que j'avais pas mal de retard à ce niveau-là. Tout n'y est toujours pas mais il y a quand même bien moins de manques désormais. J'y ai passé l'après-midi mais ça valait le coup, ça me fera moins perdre de temps au moment des mises à jour du planning français, quand je me rends compte au dernier instant qu'il me manque quatre ou cinq titres... Ah tiens, je viens de voir que De la colère à l'éveil avait disparu du planning Akata...
J'ai très envie également de me remettre à la mise à jour de feu le kotatsu qui a gagné son blog perso fin août, j'ai plein de BD à chroniquer et un film d'animation à aller voir la semaine prochaine puisque j'ai eu la bêtise de le louper lors du dernier Festival d'Annecy.

Nous voici déjà en automne et j'en ai profité pour changer la déco du blog. Mine de rien, fin 2009 approche à grands pas, bientôt Halloween vite suivi de Noël. Ce sera mon premier mois de décembre sans poussée de stress quotidienne, n'ayant plus d'animation mangaversienne à gérer. Je pourrai en profiter pour travailler tranquillement et convenablement sur le Bilan Manga 2009 qui ne sortira alors, si rien ne vient troubler la fête, pas en février comme son prédécesseur mais clôturera l'année comme il se doit. Enfin, j'espère...

mercredi 29 avril 2009

Informatique, mon amour...

Ce qu'il y a d'embêtant quand on bosse sur ordi... c'est justement qu'on bosse sur ordi. Depuis des années, ils envahissent tous les bureaux, même les coins les plus incongrus, les ateliers les plus sombres, les arrière-boutiques les plus éloignées, et sont devenus des rouages indispensables dans la machinerie de toute entreprise qui se respecte, à tel point qu'on se demande comment on faisait avant... Eh ben, avant, on consommait moins d'anti-dépresseurs, ne cherchez plus la raison, vous l'avez sous les yeux ! Parce que, certes, ça fait gagner du temps, ces petites bêtes-là, mais quelle incroyable capacité à en faire perdre !!

Il y a quelques années, j'ai quitté le monde des informaticiens - terme qui ne veut d'ailleurs rien dire tant ce qu'il recouvre est vaste - avec soulagement et même bonheur et délectation (la paye qui allait avec m'a tout de même un peu plus manqué...). Enfin, je n'avais plus besoin de me cacher quand je rencontrais quelqu'un qui allait toujours finir par me demander "Vous faites quoi comme métier ? - Je suis dans l'informatique... - Ah ben justement j'ai un souci avec mon PC..." ce qui se terminait immanquablement par des tas de questions techniques qui allaient simplement servir à prouver que la personne en face ne s'y connaissait pas tellement moins que moi, et donc me faire passer pour une grosse brêle totalement incompétente... Soyons honnêtes, j'ai toujours détesté m'intéresser au fonctionnement de la bête, que ce soit niveau hardware ou software, au grand dam d'un de mes frères qui adore ça et bricole constamment ses innombrables bestioles pour optimiser ci, comprendre ça, etc., ayant toujours espéré trouver un écho avec moi, vu que j'étais la seule de la famille en dehors de lui à m'être lancée dans ce milieu de tarés. Raté.
J'aurais pourtant pu me douter du caractère hautement toxique pour les nerfs et la stabilité mentale de la fréquentation de ces engins diaboliques, ma première expérience avec eux ayant été avec un CPC 464 amoureusement acheté avec mon argent de poche longtemps économisé il y a près de 20 ans, avec déjà les innombrables bugs, la cassette (oui, oui, CASSETTE !!) se débobinant dans la machine, le jeu ne se chargeant finalement pas après 20mn d'attente, ou plantant en pleine partie alors que j'étais en prise avec d'affreux pixels gigotant sur un écran minuscule mais étrangement dense façon naine blanche tant il était lourd...

Maintenant, je suis libre, je ne suis qu'une simple utilisatrice parmi tant d'autres et je n'aurais jamais imaginé le poids que cela allait m'enlever des épaules quand j'en ai pris conscience. Bon, il n'empêche qu'en tant que simple utilisatrice, je suis parfois un peu obligée de mettre mes deux mains gauches dans le cambouis, changer une alim, ajouter un disque dur, de la Ram, retirer la Ram qui fait planter le PC... en règle générale au moment où j'ai un travail urgent à finir et que le stressomètre est à son niveau max - j'ai une très mauvaise résistance au stress et il suffit souvent d'un rien pour que mon monde s'écroule. C'est tout de même assez désagréable de se sentir à la merci du moindre composant qui grille et risque de vous faire perdre des heures de travail, sans oublier le logiciel qui là, d'un coup, pour le fun, décide que finalement, planter c'est plus cool, ou la mise à jour qu'il faut absolument faire jusqu'à ce qu'on nous annonce que finalement, elle risque de vous faire rebooter à l'infini...
Certes, on peut sauvegarder, dupliquer... mais au final, on passe deux fois plus de temps que prévu à faire quelque chose là où l'ami informatique devait nous faire gagner de précieuses minutes... Et en règle générale, c'est le seul jour où on n'a pas sauvegardé pour plein de raisons hyper bonnes que le truc lâche avec un petit rire sarcastique et qu'on regrette alors de ne pas avoir passé les heures de travail perdues à bouquiner tranquillement sur la banquette, activité pas très lucrative mais nettement moins usante...

Bref, l'informatique, quelle merde ! J'ai d'ailleurs rarement vu un métier qui faisait autant rêver les gens qui ne le connaissent pas et fuir ceux qui le vivent quotidiennement - je crois n'avoir quasiment jamais rencontré un informaticien ne m'ayant pas dit un jour ou l'autre "pfff, si je pouvais, je changerai de branche...". Pour ma part, avoir travaillé dans le milieu m'a surtout donné envie de revenir à quelque chose de plus simple, de plus concret, de plus évident, loin des casse-têtes à la "Mais pourquoi il buggue là, j'ai rien changé ??!!" nerveusement horripilants.
Relevons tout de même le côté hautement utile philosophiquement parlant de de milieu qui parvient finalement à faire comprendre à quel point l'homme est insignifiant et totalement impuissant face aux éléments, même si ceux-ci ne sont composés que de circuits, de fils et de métaux... Pour un utilisateur lambda face à une machine récalcitrante, pas besoin de Skynet pour lui faire croire à la fin du monde, un simple écran bleu suffit...

Voilà, il fallait que ça sorte... Si vous pensez que je dis ça à cause des soucis de hack du site, du forum et même du blog de ces derniers jours, vous n'avez pas complètement tort même s'il n'y a pas que ça et que j'ai passé une bonne partie de ma journée et soirée d'hier à batailler là-dessus...
Et pendant ce temps-là, le Mangaverstival tente de s'organiser et les votes devraient être lancés d'ici quelques jours... Soyez au rendez-vous !

vendredi 19 décembre 2008

Et ça repart !

Comme vous l'avez peut-être remarqué, les choses sont à peu près revenues à la normale ces dernières heures. Le dieu de l'informatique a semble-t-il accepté d'être sympa et un simple changement d'alim a suffi à faire redémarrer la bête. Espérons que ça dure et que d'autres mauvaises surprises ne fassent pas leur apparition dans les jours qui viennent...
Résultat, le calendrier de l'Avent redémarre également mais à moitié : les 21 et 23 décembre, sans doute ni fiche ni chronique, je n'ai pas eu du tout le temps de m'occuper de ça, trop de boulot à rattraper... Ce ne sera que partie remise, je compte bien m'occuper de ça d'ici quelques jours, dès que ce sera un peu plus calme. Et il y aura bien les autres passages en revue des mois restants pour occuper les autres jours.
Bon, on va la faire courte, j'ai près de deux jours de boulot à rattraper...

mercredi 17 décembre 2008

Mangaverse en repos forcé !

Après la neige, voilà la galère. Moi qui me félicitais de ne pas être embêtée par le temps pour bosser, voilà que mon PC a décidé de s'amuser un peu. Et donc, PC en rade (j'écris depuis le netbook) donc plus de mise à jour de Mangaverse jusqu'à ce que la vilaine bestiole soit réparée. Et donc plus de mise à jour du calendrier de l'Avent non plus, évidemment. Et bien sûr, tout le boulot que je devais impérativement finir avant Noël s'en trouve très compromis, ce qui m'arrange très très moyennement...
Et pour couronner le tout, j'en connais une qui en allant au boulot ce matin, courageusement, en bus à cause de cette foutue neige, a fini à l'hôpital avec une jolie fracture de la main droite...
Ca, c'est le genre de journée où on aurait mieux fait de rester couché... Je le sens bien, ce Noël...