Les humeurs de Mangaverse

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 3 janvier 2013

Après 2012...

annee2013.jpg
2013 est déjà là, que reste-t-il donc de 2012 ?
Ces douze mois ont passé bien vite et 2012 est de ces années assez neutres qui ne laissent pas de souvenirs inoubliables. Rien de négatif non plus, ce qui donne finalement un cru plutôt bienveillant, pas marquant mais sympathique, avec son lot de petits bonheurs, de contrariétés vite réglées, de quelques coups de mou, de découvertes, de rencontres... J'ai été plutôt chanceuse.
Il y a un an, j'avais placé 2012 sous le mot "légèreté", et mieux que toutes ces bonnes résolutions qu'on oublie au bout de quinze jours, je dois reconnaître que ça a plutôt bien marché. Rien de spectaculaire mais quelques avancées sur la route, longue et escarpée, de la non-prise de tête, de la simplicité et du détachement, grâce notamment à quelques petits coups de main extérieurs et autres prises de conscience qui permettent d'évoluer petit à petit.

Pour 2013, je choisis le mot "respire". Un verbe à l'impératif pour donner l'impulsion qui manque parfois aux idées à concrétiser. "Respire" ou savoir marquer de petites pauses pour juste être là, dans son moment, sans aigreur pour un passé qu'on ne peut pas changer ni trouille anticipatoire pour un futur pas encore défini. Certes, j'éprouve une petite appréhension floue pour 2013, accompagnant cette légère baisse de morale qu'on peut ressentir au pied d'une montagne à escalader. Mais toute grimpette commence par un premier pas. Rien d'inaccessible, d'infranchissable, juste quelques paliers à atteindre tranquillement, à son rythme, en profitant du paysage. 
Ne serait-ce que pour trouver le temps chaque jour de lire un peu, chaque mois de profiter d'une séance ciné, histoire de ne pas rester constamment enfermée et repliée dans mon petit cocon certes confortable mais très étroit.

Quoi de neuf pour Mangaverse pour 2013 ? Rien de prévu précisément.
Je ne sais toujours pas si j'aurai le temps de travailler sur le Bilan Manga 2012, mon mois de janvier étant déjà bien chargé. Si d'ici quinze jours, je n'ai pas commencé, tant pis, on passera à autre chose. Pas simple de caser l'équivalent d'une semaine de travail à temps plein dans un planning...
Je tiens par contre à reprendre le temps de faire des mises à jour plus conséquentes, côté Mangathèque et Salon des Curiosités, il y a tant à découvrir. Je me rends compte que tout ça n'a pas tant à voir avec une question de temps mais plutôt d'état d'esprit, qu'il est si facile de perdre à force d'avoir la tête dedans. Tenter de garder une curiosité franche et ouverte, sans aucune prétention, aucune autre ambition que le plaisir de découvrir et partager. Tout devient bien plus simple et évident avec ça. Mais cela demande un certain travail pour garder cette ouverture et cette capacité à s'intéresser et s'émerveiller, en ne se laissant pas enfoncer par la fatigue, le stress, la morosité ambiante qui cache tout sous un épais brouillard de pessimisme. Alors "respirons"...

Je vous souhaite donc une belle et heureuse année 2013, remplie de bons moments, de jolies rencontres, de surprenantes découvertes et de chouettes lectures. Have fun !
(Et merci à ceux qui ont déjà écrit sur 2013 dans les commentaires du précédent billet ;) )

lundi 24 décembre 2012

Que voulez-vous dire un 24 décembre ?

noel12.jpg
J'ai beau chercher, je ne vois rien d'original à dire en ce 24 décembre. Restons donc simples et efficaces. Je vous souhaite un bon et joyeux Noël. Ou du moins un pas trop mauvais Noël, pour ceux qui ne sont pas d'humeur festive en ce moment.
Que ceux qui aiment cette période de l'année passent quelques jours doux et agréables, et que ceux qui n'apprécient guère tout ce remue-ménage commercial qui ne leur parle pas se rassurent : a priori, dans moins de 48h, vous serez tranquilles pour un an :)

Mon mois de décembre a été particulièrement chargé côté travail, avec nombre de projets qui se sont enchaînés sans temps mort et je ne devrais normalement pas avoir de quoi m'ennuyer jusqu'à la nouvelle année (et après également, je l'espère...). Inutile de préciser que je n'ai pas commencé le Bilan Manga, même pas commencé à remplir les tableaux Excel récapitulant les sorties de l'année. Et je ne sais pas trop quand j'en trouverai le temps (et l'envie parce que ça bouffe quand même vite une à deux semaines...).

Je ne suis pas très portée sur les festivités et décembre reste une période que je trouve assez stressante mais c'est également une occasion de cogiter un peu sur ce qui compte pour chacun d'entre nous, sur ce qu'on est prêt à offrir, à accepter, à partager. Un moment pour se poser au calme, loin de la frénésie familiale ou commerciale, pour faire le point avec cette petite pointe d'honnêteté qu'on a souvent vite tendance à écarter pour laisser plutôt parler sa mauvaise foi, s'épargner quelque peu et éviter de trop regarder la réalité en face parfois. Pas de jugement, pas de remontrance, pas d'apitoiement, juste se demander "Bon, et là, j'en suis où, je veux quoi, je vais où ?". À une époque où on a souvent l'impression que le temps nous file entre les doigts et qu'on se retrouve embarqués dans un rythme frénétique chaque jour, ça ne peut pas faire de mal...

Pour ma part, je profiterai de ce petit moment ici, parce qu'on est entre nous, hein, pour remercier tous ceux qui accompagnent Mangaverse, que ce soit depuis deux jours ou dix ans. Vous que je connais en vrai (et qui continuez pourtant encore à me parler ;) ), vous que je n'ai jamais vus mais avec qui j'ai pu échanger quelques mots virtuels, vous qui m'avez écrit pour me poser une question ou m'encourager, vous dont je ne soupçonne pas l'existence, lecteurs anonymes et discrets, vous qui avez pu m'envoyer quelques mots un peu rudes il y a des années mais qui êtes restés malgré tout (et m'avez peut-être permis d'évoluer), vous qui êtes revenus après un long passage loin de ces rivages, vous qui ne lisez peut-être plus trop de mangas mais continuez à garder un œil... et même vous, oui, vous qui ne passez sur le site que pour le planning ou les couvertures sans jamais avoir cliqué sur le lien du blog et ne me lirez donc pas...
À vous tous, merci, passez de bonnes fêtes, faites gaffe sur la route (j'ai l'âge d'être la mère de certains d'entre vous et cette pensée vient de me filer dix ans de plus direct !) et prenez soin de vous.
Have fun ! Enjoy Everything !

dimanche 25 novembre 2012

Un peu de neuf (y a pas à dire, j'ai un vrai talent pour les titres accrocheurs !)...

C'est étrange comme parfois, les mots brûlent tellement les doigts qu'on ne peut s'empêcher d'écrire, écrire et encore écrire, comme pour vider le sac à idées devenu trop gros. Et d'autres fois, rien, aucun élan, aucun courage, plein d'idées en tête sur divers sujets mais sans guère d'envie de les partager avec qui que ce soit. On tente de se lancer tout de même, histoire de voir si la machine parvient à s'enclencher mais bout de deux ou dix lignes, pouf, plus rien et on ne sauvegarde même pas le début de billet.

chi01.jpg
Tout de même... Pour ne pas laisser complètement ce pauvre blog au bord de l'inanition, petit tour d'horizon de la semaine (qui sera long malgré tout) :
- Beaucoup de boulot. Les journées de travail ininterrompu se succèdent depuis quelques semaines. Je ne m'en plains pas - avoir un job et l'apprécier, c'est un privilège aujourd'hui - mais je dois reconnaître être pas mal vannée en ce moment. Les quelques moments de temps libre se résument alors à rester allongée tranquillement sur le canapé à ne rien faire. Même pas envie d'ouvrir un bouquin alors que j'ai pourtant une belle brochette de livres à découvrir.
Pour le site, je suis en mode automatique, plannings et couvertures, il ne faut guère m'en demander plus pour le moment...

- Ai presque pu me reposer ce week-end. Je me suis offert deux jours sans boulot (grand luxe !) mais ça aurait été encore mieux si la première nuit avait pu être pleinement reposante, c'est-à-dire sans le resto d'en face qui décide de faire une soirée la musique à fond jusqu'à ce que les flics viennent calmer leurs ardeurs à 1h' du mat. Il a ensuite juste fallu attendre la fermeture à 3h... Et moi, il me faut mes huit heures de sommeil chaque nuit sinon ça part mal !

- Ai pu profiter des bienfaits de mon rangement du week-end dernier. J'en avais marre de ne plus pouvoir faire un pas dans mon bureau sans risquer l'écroulement de piles de bouquins, j'ai donc pris le temps de faire le tri des mangas - j'ai un côté "syndrome de Diogène" quand il s'agit de bouquins, je me persuade toujours que je DOIS les garder.
500 à 700 volumes en moins au final, j'ai redécouvert la couleur de mon plancher... Reste à savoir combien de temps ça va durer...

- Découvert l'appli Iphone qu'un gentil visiteur a proposé de faire pour le planning de Mangaverse. Je n'ai pas de smartphone alors j'avoue que toutes ces histoires d'appli me dépassent quelque peu... mais il n'en est peut-être pas de même pour les habitués du site qui pourraient être intéressés. Un gros Merci donc à Fred pour son travail !
Je ne peux pas la tester de mon côté alors je lui fais confiance pour le résultat. J'ai ajouté le logo et le lien sur l'accueil et les pages du planning français. J'espère que cela vous plaira.
Que les pro-Androïd ne m'en veuillent pas trop : le développeur est un développeur Apple, il ne s'agit pas d'un choix précis de ma part. Si un développeur Androïd veut s'y coller, je suis ouverte aux discussions.

- Ai demandé à ma libraire préférée de me mettre de côté un exemplaire du prochain Moto Hagio à sortir chez Kazé Manga. Entre ça et 2001 Night Stories chez Glénat, début décembre va être financièrement saignant. Sans compter quelques nouveautés du côté de Urban Comics... Si tout ça ne me motive pas à lire !!

- Bientôt, début du mois le plus épuisant de l'année. J'aime beaucoup l'ambiance des fêtes de Noël (je peux être très jeune dans ma tête parfois...) mais plus les années passent, plus ça devient une source de stress pour plein de raisons à la con.
Du genre, depuis que je (ou plutôt mon blagueur de système digestif) ne supporte plus ni alcool ni plat trop riche, trop gras, trop copieux, trop en sauce, les repas de fêtes sont devenus un peu complexes à gérer. Il n'y a rien de mieux pour passer pour la chieuse de service que de refuser de goûter à 80% des plats qu'on vous propose, même en disant "Non, c'est gentil, merci"...

- À propos, pas sûre d'ailleurs que je m'attaque au Bilan Manga 2012, tout dépendra de ma quantité de travail sur décembre. Un truc de sûr par contre, c'est qu'il n'y aura plus d'avis perso en bas de chaque éditeur si je le fais. 

- Reçu en cadeaux deux chouettes T-shirts Ghibli. La semaine prochaine, le chat Jiji m'accompagnera donc un peu... Il y a pire comme compagnie pour commencer la semaine !

Alors bon début de semaine à vous !

dimanche 21 octobre 2012

- Gisèle Alain - Les filles de bonne famille n'ont donc pas droit à la parole ?

Depuis son lancement, Ki-oon a développé principalement trois collections : le seinen noir, glauque, assez violent, plutôt orienté dark fantasy à la Übel Blatt, l'aventure façon Square-Enix comme Pandora Hearts, et enfin le manga plus calme, jouant sur l'ambiance avec en fer de lance Bride Stories. Et c'est dans cette dernière qu'on peut aujourd'hui découvrir Gisèle Alain de Sui Kasai.

Gisèle Alain volume 1Gisèle Alain, c'est le nom d'une petite jeune femme qui, en plus de s'occuper d'une pension (ce qui ne semble pas non plus lui prendre des heures, soyons honnêtes), a décidé de devenir femme à tout faire dans cette Europe du début du XXe siècle. Vous avez perdu votre chat ? Vous ne savez pas quoi faire de vos enfants quand un boulot urgent vous tombe dessus ? Ramoner votre crasseuse cheminée ne vous enchante pas ? Gisèle Alain est là pour ça !

En fait, il se passe peu de choses dans ce premier volume. On découvre l'environnement, on rencontre les personnages, en insistant évidemment sur celui de Gisèle, principal atout de ce tome. Espiègle, naturelle, curieuse, la jeune fille n'a peur de rien quand il s'agit de découvrir le monde. Un monde dont elle ne sait rien : héritière d'une grande famille qu'elle a fini par fuir, elle a vécu toute sa courte vie entre quatre murs, plongée dans les livres. La théorie n'a aucun secret pour elle mais rien ne remplace l'expérience pratique : marcher dans l'herbe, se promener seule, faire les courses, caresser un chat...
Sa candeur face au quotidien la rend attachante tandis que son immense envie de liberté l'expose vite aux risques, au grand dam d'Eric, un de ses locataires qui devient évidemment son assistant involontaire (et plus si affinités ?). Se heurtant bien souvent aux limites imposées par les adultes, elle n'a de cesse de les dépasser, de secouer les habitudes de chacun, quitte à passer pour une capricieuse irresponsable même si le but à atteindre est toujours louable. Ayant grandi dans un univers rigide et formaté qui a fini par l'étouffer, elle ne supporte pas les obligations, les concessions et les interdits qui semblent tant régir et brider la vie des autres. Forcément, tout cela la rend naïve, idéaliste et quelque peu inconsciente sans pour autant que cela n'apparaisse trop lourdement et gêne la progression du récit.

Néanmoins, comme déjà dit, il ne se passe pas grand-chose dans ce tome et seules les quelques dernières pages semblent indiquer que la suite devrait apporter son petit lot de profondeur manquant jusque-là. Le passé que Gisèle a fui ne va certainement pas la lâcher si facilement et devrait sans doute s'inviter dans le tome suivant, histoire d'en savoir peut-être plus sur ce qu'était sa vie auparavant et dans quelles circonstances elle s'en est extirpée. Permettant alors peut-être de donner un peu plus d'épaisseur à un ensemble pour le moment très léger, manquant un peu de consistance.

Côté dessin, difficile de ne pas imaginer que Sui Kasai est quelque peu influencée par Kaoru Mori (même magazine de prépublication) tant le style s'en rapproche, aussi bien dans l'ambiance (je pense d'office à Emma dès les premières pages) que dans le trait, très détaillé, plutôt maîtrisé, avec un même type de regards.
L'ensemble se lit en tout cas assez bien mais il faudra clairement que la suite décolle un peu pour dépasser le stade de simple divertissement un peu vite oublié.

Pas de date annoncée pour le deuxième tome en version française sachant qu'il y en a trois de parus au Japon, au rythme d'un par an. Mieux vaut donc ne pas être trop pressé...

jeudi 11 octobre 2012

- Les périples de Voie lactée - Mon pelage est parsemé d'innombrables étoiles

Pour le retour des blog-chroniques après trois mois de pause (pas vraiment prévue...), présentation d'une nouvelle série venue de Corée. Après Kitchen chez Clair de lune, les manhwaga préférant le travail en couleurs semblent bien me parler puisque je vais m'intéresser ici au premier tome des Périples de Voie lactée de Sirial chez Kwari.

Les périples de Voie lactée volume 1Voie lactée, ce n'est pas ici le nom d'une barre chocolatée mais celui d'une chatte aux yeux bleus et au pelage gris constellé de petites tâches blanches, comme des étoiles. Sur les 230 pages de ce premier tome, nous la suivons au fil de ses voyages et de ses rencontres, aussi diverses dans le ton, tour à tour léger et tendre, mélancolique et touchant, triste et désemparé, que dans son rôle, pouvant bavarder avec certains, juste miauler pour d'autres, agir pour aider ou simple observatrice impuissante face aux malheurs de ceux pour qui elle ne peut rien.
Ainsi, elle rencontrera le petit prince qui abandonna le malheureux renard, Chacha le lycéen plus félin qu'elle, Sarah le chat qui voulait savoir ce que ce serait d'être humain ou la bête à la crinière blanche traquée par un roi cruel.

Mais ce qui caractérise le mieux cette série, c'est sa douceur, sa sensibilité, cette poésie de chaque planche, magnifique de par le trait - raffiné et délicat pour les personnages, plus lâché pour les décors, donnant alors beaucoup d'énergie - mais aussi ses palettes de couleurs, superbes, maîtrisées, apportant une justesse et une chaleur à chaque situation. Que l'on ne s'attende évidemment pas à des flots d'action, même s'il peut y en avoir, les rencontres sont charmantes de simplicité et de fugacité, certaines histoires se suivant, d'autres étant totalement indépendantes des autres, au fil des voyages de Voie lactée. Une chatte qui n'a pas la langue dans sa poche, drôle, énergique et déterminée, sachant capturer l'essence des personnages qu'elle côtoie, dont elle parvient à faire ressortir la meilleure partie d'eux-mêmes même quand eux n'y croient pas. Parvenant alors à nous faire ressentir l'intensité et la complexité des relations au travers de quelques regards très expressifs, de non-dits plus parlants que tous les mots souvent maladroits qui ne savent exprimer les véritables sentiments éprouvés.

Ayant acheté ce premier tome après avoir été intriguée par la couverture, les couleurs et les premières pages feuilletées, j'ai été finalement charmée par l'ensemble, des dialogues ni puérils ni pédants, des situations simples mais subtilement mises en scène, des personnages adorables et attachants, un humour léger et bien senti et une petite chatte tendre et touchante qui sait toujours se faire comprendre, à coups de miaulements ou de griffes selon les situations.
L'ambiance qui s'en dégage, le choix des couleurs me font en outre penser au travail de Mizu Sahara sur Un Bus passe....

Deux volumes sont pour le moment parus en Corée du sud, la série étant si j'ai bien compris d'abord prépubliée sur le web. La version française chez Kwari (où on peut d'ailleurs lire les premières pages) étant donc en couleurs (d'origine bien sûr) imprimée sur papier glacé sur plus de 230 pages, le prix est en conséquence : 13,90€. Plutôt mérité, a priori, j'attends pour ma part avec impatience le deuxième tome, non planifié pour le moment.

- page 2 de 30 -